Photomed 2017 in Marseille France by Sirine Fattouh

Pour sa 7e édition, Photomed prend une nouvelle dimension : Outre Sanary-sur-Mer, berceau du Festival, l’Île de Bendor et l’Hôtel des Arts de Toulon, le Festival s’étend à Marseille dans des lieux culturels exceptionnels que sont la Friche la Belle de Mai, le Mucem, la Villa Méditerranée et le FRAC et à Toulon, au Liberté, scène nationale dirigée par Charles Berling. Photomed, devenu le premier festival de photographie du Proche-Orient car installé depuis 4 ans à Beyrouth, est ainsi ancré aux deux extrémités de l’espace Méditerranéen.

Le festival s’étend également dans le temps puisque démarrant le 17 mai et avec un autre temps fort le 5 juillet à Marseille, il se clôturera le 13 août, offrant ainsi aux visiteurs un long espace-temps pour découvrir les expositions.

Si la programmation de Marseille est résolument centrée sur la ville Méditerranéenne dont Marseille est emblématique, celle de Sanary-sur-Mer, de l’Île de Bendor et de Toulon traîte pour sa part des rapports de l’Homme à son environnement et à la cellule familiale.

Cette extension de Photomed n’a été possible que grâce à nos partenaires culturels, notamment le Festival Littéraire « Oh les Beaux Jours ! », la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode et les lieux précités qui nous accueillent. Nous n’oublions pas nos partenaires historiques que sont la Mairie de Sanary-sur-Mer, le Département du Var et la Famille Ricard qui nous ouvre l’Île de Bendor et remercions chaleureusement la Ville de Marseille pour son accueil.

Au fil de ces sept années, nous n’avons pas dévié de notre ambition originelle de contribuer à éveiller la curiosité du public en lui faisant découvrir la richesse de la production des photographes méditerranéens qui mettent en exergue ce que nous partageons de valeurs, de paysages, de modes de vie. Le public nous témoigne de son adhésion par sa présence et son retour enthousiaste.

Plus de 300 photographes venant de presque tous les pays de la Méditerranée ont été exposés, découverts ou redécouverts, prouvant ainsi la vitalité et la créativité de cette région. Si Photomed a pu les accompagner un tant soit peu, c’est un autre grand motif de fierté. Durant ces sept années nées, le contexte et les enjeux géopolitiques ont radicalement changé et on en voit les traces sous-jacentes dans les travaux des photographes qui interrogent les mutations profondes de nos sociétés contemporaines.

Bienvenue à la découverte d’une Méditerranée vivante et vibrante, représentée dans les expositions issues d’une grande diversité d’écritures photographiques.

Philippe Heullant
et Philippe Sérénon
fondateurs-organisateurs
du Festival Photomed

Video Works 2017: Screening of El Autostrad’at Beirut Art Center Friday June 9 and Sunday June 11 by Sirine Fattouh

A video by Stéphanie Dadour and Sirine Fattouh

A camera is placed in a car driving along the Lebanese highway from north to south, from the Lebanese-Syrian border to the Lebanese-Palestinian border. The journey takes place in one stroke, following the rhythm of a typical day. It takes a little over 200 km or 4 hours without traffic, to discover a set of places linked by a road, a receptacle of multiple identities.

Editing: Michèle Tyan – Sound Design: Manu Zouki
Post-production supported by Institut Français de Beyrouth

Screening of Lost and Won and conversation with Emilia Giudicelli at Gessnerallee Zürich May 26 by Sirine Fattouh

Sirine & Émilia met during a choreographic residency in Beirut last April 2017. Then have followed long conversations, mouvement practices, and walks in the street of Beirut. 
Sirine Fattouh is a Lebanese artist born in 1980. Her work, as an artist and researcher, consists of examining the consequences of violence and displacements on people’s identities.
She will present one of the two videos she realised for an installation in 2008, Perdu/Gagné : 100 Lebanese women coming from different socio-cultural contexts as well as different regions within Lebanon were asked two questions: What did you gain? - What did you lose?


Émilia Giudicelli is a choreographer dealing with mouvement as a medium of experience. She recently premiered Routine, a documentation of real time with Fluoressenz and the dance dispositive NU with Yannis Mandafounis.


After the screening, Sirine & Émilia will perform and display the side-effects of their encounter, at the interstice of the Green Line or of Röstigraben.

 

Winner of the first prize of Photomed Liban by Sirine Fattouh

Sirine Fattouh's artwork will be exhibited at the forthcoming edition of Photomed at the Villa Méditerranée in Marseille (France), in May 2017.